les femmes brandissantes

attrapeuse de nuages

La cité se lassait de ses cieux, 

oiseaux en laisse, 

gens aux abois.

Vint la geôlière aux doigts d’or

et de son téléphone en l’air

attrapa les fameux nuages rebelles.

les gens alors s’envolèrent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s