l’enfant s’évada

L’enfant s’évada. il courait si librement qu’il en perdit le son de la clé de sa cellule.

il se retourna et cracha derrière lui si fort qu’il tomba sur ses fesses sur le bitume sur les pas des hommes sur la haine toujours sûr de lui de ne jamais devenir un homme.

L’enfant se releva. Au dessus de sa tête il vit une couleur perdue si loin si bleue si seule si pleureuse qu’il pleura de joie d’être encore un enfant. Il leva le bras très haut pour saluer son présent de sa présence.

L’enfant savait. Ce que les hommes ne savent plus. L’enfant savait que le ciel était bleu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s