Et l’enfant s’approcha

 

Et l’enfant s’approcha.

Le feu était si vif, qu’il se brûla l’idée de crier. Un sentiment inconnu de chaleur.

Et l’enfant s’approcha.

Il releva ses cheveux comme on tisse une toile d’araignée. Précisément, une mèche par une mèche, enroulée autour du point central, celui où loge la folie, dans le cerveau. Puis il se toucha la nuque pour juste vérifier que son corps était attaché à sa tête.

Et l’enfant s’approcha.

Alors, une lueur le traversa, l’image semblable de lui-même mais de corps différent. Une bouche plus charnue, un buste plus en devant, étonnamment en devant en deux fois. Une femme. Juste la braise pour éclairer cette image. Et l’enfant s’approcha. Il tendit son pied vers les flammes. Ses mains lui étaient trop précieuses. Une main pour caresser la chaîne fixée au dessus de son pied. Et l’autre, la seconde main était étrange, sous la lune, un des doigts de cette main se logeait dans sa bouche et il entendait un bruit. Un sentiment de chaleur. Le matin sous le soleil, le bruit le réveillait. Il retirait son doigt de sa bouche et s’étonnait. Et l’enfant approcha son pied des flammes et l’enfant cria. Une douleur vive le prit, l’enfant ne saisissait pas.

Et l’enfant recula.

Et l’enfant suça son doigt.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s